lundi 31 mars 2014

Résolument optimiste !




Le printemps est déjà bien avancé et vous sentez monter une nouvelle vitalité pour faire face à tous les aspects de la vie et surmonter les obstacles. Votre nature optimiste est parfaite dans votre travail pour désamorcer les discussions les plus animées et dans votre vie personnelle pour aplanir les petites querelles amoureuses. Si vous êtes à la recherche de l'âme sœur, ne vous laissez pas convaincre par de belles paroles, mais sachez attendre les bonnes occasions. Avril est aussi un mois que vous pouvez consacrer à la détente avec peut-être un petit voyage à deux ou en compagnie de vieux amis. Même votre garde-robe vous aide à exprimer votre vitalité avec une tenue colorée et brillante. 




Et le look ? Pour une occasion importante, une soirée de divertissement, mais aussi au travail, la jupe crayon en dentelle vous illumine de sa couleur vive et délicieusement printanière. Portez-la avec le gilet parsemé de paillettes et les escarpins à bride à l'air rétro. Et comme dernière touche, le sac Cécile croco. 



TWIN-SET Simona Barbieri vous voit...
OPTIMISTE

samedi 29 mars 2014

Le petit roulé à la cannelle de chez Ladurée

Un délicieux petit pain avec la cannelle que j'adore, mais aussi de beaux raisins blonds.
Un peu de réconfort avant de passer l'après-midi dans le train.



mercredi 19 mars 2014

Amoureuse

Amoureuse.
Très heureuse mais de fait un peu oublieuse, pardonnez-moi.
Mars. Un printemps totalement inattendu s'est penché sur moi, me ramenant presque à la vie après un long sommeil.
Avec cet homme ensorceleur à mes côtés, il est vrai que mes petits papiers couverts de notes et mon clavier d'ordinateur ont perdu un peu de leur attrait. Mais tout cela va revenir bien sûr et je réclame pour l'instant votre indulgence pour mes silences et mes absences insolites.
Attendez-moi.
Voyons ce que la romance fera de moi... Je vous embrasse.

mercredi 5 mars 2014

Fashion Week Paris, Chanel

Pour le défilé Chanel, Karl Lagerfeld avait transformé le Grand Palais en supermarché du luxe et de la griffe.
Pourquoi pas...
Mais bon, moi aussi je suis allée au supermarché hier.
A Montreuil.
Et en très charmante compagnie de surcroît...






Rihanna, Cara Delevingne et Joan Smalls






Clémence Poésy


samedi 1 mars 2014

César

Une 39ème cérémonie des César plutôt ennuyeuse (c'est là un classique du genre...) mais surtout un palmarès que j'ai jugé décevant.
J'ai heureusement retrouvé certains de mes petits choux de l'année...


Léa Seydoux en Prada et
Adèle Exarchopoulos en Christian Dior


Scarlett Johansson


Bérénice Bejo


Roman Polanski et
Emmanuelle Seigner





Adèle a reçu le césar du meilleur espoir féminin
pour son rôle dans La vie d'Adèle.


Quentin Tarantino a remis un César d'honneur
à Scarlett Johansson.

Ida

Ida

Réalisateur: Pawel Pawlikowski
Pologne, 2013.

Avec: Agata Trzebuchowska, Agata Kulesza...



Pologne, années 1960. Orpheline élevée dans un couvent, Ida s'apprête à prononcer ses vœux. Mais avant cette décision qui va engager sa vie entière, la mère supérieure la reçoit, lui révèle l'existence d'une tante, dernier membre de sa famille, et l'encourage à aller la rencontrer. Sans grand enthousiasme, car bien au chaud dans sa foi,  Ida part dans le monde vers des révélations qu'elle n'aurait seulement jamais imaginées. Sa tante Wanda est une femme aussi différente d'elle que possible, aussi dure et sophistiquée que la jeune fille est simple et innocente. Résistante durant la guerre, fervente militante communiste, procureur intraitable des procès d'épuration, Wanda n'est plus dans ces années 1960 qu'une femme sans illusion et sans attache, qui boit et fume beaucoup trop et multiplie les nuits avec des inconnus. Dans cette rencontre un peu brutale, Ida commence par apprendre qu'elle est juive et que ses parents ont disparu dans la campagne polonaise pendant la guerre. Les deux femmes partent alors sur les traces de cette famille atrocement assassinée. Pour Ida, ce chemin vers ses origines est aussi celui de l'ouverture sur le monde. Elle rencontre pour la première fois cette jeunesse des années 1960, qui en Pologne comme ailleurs, est éprise de musique et aspire à l'amour et à la liberté. Mais pour Wanda, ce passé contre lequel elle se débat depuis des années, il lui faudra s'y confronter. Et ce chemin qui la ramène aux origines de la douleur s'avère pour elle sans retour possible.





Pawel Pawlikowski a réussi avec Ida un excellent film, malgré quelques défauts qui sont à mon avis rapidement gommés par le souvenir très fort que laisse la projection. Ainsi, j'ai ressenti souvent une distance un peu trop grande et comme une absence de sentiments, sans doute renforcées par certains plans très architecturaux, magnifiquement construits sur les lignes de découpe et le contraste du noir et blanc, mais à l'esthétique finalement très froide. Cependant, le film m'a habitée longtemps après que je l'ai vu et je crois finalement que Pawel Pawlikowski a évité le piège d'un pathos qui aurait été indigeste pour privilégier la réflexion.
La Pologne qu'il représente reste hantée par les horreurs de la seconde guerre mondiale et par un antisémitisme mêlant peur et barbarie. Vision d'autant plus sinistre que l'ordre nouveau de l'après-guerre n'a pas tenu ses promesses. Seul le jazz très présent (de très beaux morceaux de John Coltrane...) réveille un peu cette torpeur morbide.
A mon sens enfin, le vrai personnage fort de cette confrontation est Wanda, être sublime, celle qui a vécu et qui renonce au monde après en avoir éprouvé toutes les douleurs et avoir épuisé ses forces au combat. Ida, elle, renonce au monde après l'avoir à peine entrevu, comme elle renonce à aller voir la mer. Entre le couvent et la fuite en avant dans une amourette de jeunesse peut-être illusoire (et pourquoi pas ?), j'aurais aimé que Pawel Pawlikowski lui propose une troisième voie. Elle était celle qui aurait pu continuer à vivre.


Le réalisateur Pawel Pawlikowski,
lors de l'avant-première parisienne du film aux Halles.