vendredi 27 septembre 2013

Fashion Week Paris, Olympia Le-Tan

C'est Cléo Le-Tan, auteur littéraire et petite sœur d'Olympia, qui a a été le dernier mannequin du défilé de la créatrice jeudi soir. C'est vraiment chouette d'avoir une sœur !


The winner takes it all

The winner takes it all
The loser standing small
Beside the victory
That's her destiny



mercredi 25 septembre 2013

Humanité post Prométhée

Voix intérieure.

Le soleil est froid. J'ai peur. Le feu dérobé n'y change rien, j'ai peur, j'ai peur et j'ai froid. Je cherche les hommes, je ne les trouve pas. J'entends leurs bruits, leurs pas, leur souffle aussi parfois. Je vois leur silhouette, à peine leur visage, jamais leurs yeux. Je n'ose pas chercher. J'ai peur. Les dieux m'écrasent, les hommes m'ignorent.

lundi 23 septembre 2013

Cross du Madame Figaro

Ce dimanche 22 septembre, dans le domaine national de Saint-Cloud, le cross du Figaro faisait son grand retour après 13 ans d'absence.
Le départ du cross du Madame Figaro, une épreuve réservée aux femmes, a été donné par la championne olympique Marie-José Pérec.



7 km en 51'32''.
203ème sur 230 dans ma catégorie.
370ème sur 415 au classement général.

Et surtout des tas d'endorphines ! Un grand moment pour moi.


samedi 21 septembre 2013

Atelier Prométhée / Cap Etoile

L'atelier pluridisciplinaire de pratique artistique Prométhée est ouvert aux amateurs de Montreuil et de Seine-Saint-Denis et existe depuis janvier 2012.



Il est animé par les artistes de CAP Étoile (Coopérative Artistique de Production): Dominique Aru (cinéaste), Bernard Bloch (metteur en scène et comédien), Philippe Lanton (metteur en scène), Evelyne Pelletier (comédienne), Isabelle Rèbre (cinéaste et écrivain) et Olivier Renouf (chorégraphe et danseur).

Une quinzaine de personnes, à raison de trois heures par semaine, y explorent le mythe de Prométhée en empruntant des chemins variés avec les artistes de la Coopérative. De septembre à décembre, ils proposent de partager des temps de cette recherche avec le public.
La restitution de l'atelier en cours aura lieu le :

Lundi 23 septembre 2013
à partir de 20 heures 30
Prométhée / Albert Camus

« Que signifie Prométhée pour l'homme d'aujourd'hui ? On pourrait dire sans doute que ce révolté dressé contre les dieux est le modèle de l'homme contemporain et que cette protestation élevée, il y a des milliers d'années, dans les déserts de la Scythie, s'achève aujourd'hui dans une convulsion historique qui n'a pas son égale. Mais, en même temps, quelque chose nous dit que ce persécuté continue de l'être parmi nous et que nous sommes encore sourds au grand cri de la révolte humaine dont il donne le signal solitaire. »
(L’été - Prométhée aux enfers - Albert Camus)


CAP ÉTOILE – La fabrique
10, rue Edouard Vaillant 93100 Montreuil
M° Croix de Chavaux Ligne 9

Fashion Week Milano, Prada



Mon coup de cœur de la Fashion Week italienne est sans conteste le défilé Prada.
Les visages du décor, réalisés par des artistes de Street Art, apparaissent sur les robes et les manteaux, à la coupe un peu rétro et osant de bien beaux mélanges de couleurs.
Du dessin au tissu se dévoile une silhouette ultra féminine, sexy mais pas dénuée d'humour et clairement pleine de punch.










mercredi 18 septembre 2013

It socks !


C'est la rentrée. Septembre le sinistre.
L'ombre des branches malmenées par le vent danse étrangement sur les murs et la pluie bat les carreaux. Malgré le bol fumant - du thé ou du porridge au miel et aux fruits secs -, j'ai un peu froid. Heureusement, j'ai mes toutes nouvelles chaussettes New Look, chaudes et rigolotes.




dimanche 15 septembre 2013

Nono Kimono

Ippon !



Norbert Ghisoland



Issu d'un milieu modeste puisque son père était mineur de fond, Norbert Ghisoland naît en Belgique en 1878. Destiné tout d'abord selon les vœux paternels à devenir menuisier, il hérite, à la mort accidentelle de son frère aîné, du matériel photographique de ce dernier et fait un apprentissage de trois ans chez un photographe de Mons.
 




En 1902, il ouvre une boutique et un studio à Frameries et photographie avec une très grande sensibilité les habitants de la région, hommes, femmes, enfants et même chiens, mineurs ou bourgeois, petites prolétaires ou belles dames endimanchées.
En 37 ans de carrière, Norbert réalise ainsi plus de 90 000 photographies, des portraits en pied ou des photos d'identité, devant des décors ou des fonds blancs. Il travaille à la chambre, en lumière naturelle sous une verrière.











Ces clichés, très travaillés, sont extrêmement touchants de candeur, de bienveillance et de poésie. Venant d'une époque où se faire tirer le portrait constituait encore un petit événement, ces hommes et ces femmes, parés avec modestie parfois mais avec soin toujours, nous racontent en silence les liens et les grands moments d'une vie, dans une région minière sans doute pas franchement riante tous les jours. L'artisan-photographe a su saisir et transmettre une petite étincelle d'humanité, qui traverse les décennies et touche au cœur.








Norbert Ghisoland meurt en 1939. Son fils puis son petit-fils reprennent sa boutique.













































vendredi 13 septembre 2013

Léa Seydoux au Festival de Toronto

C'est une Léa Seydoux très années 1940 qui est venue présenter La vie d'Adèle au Toronto International Film Festival. Magnétique !
 
 
 


jeudi 12 septembre 2013

mercredi 11 septembre 2013

Visite arachnéenne



Oh, une jolie petite araignée !
Peut-être serait-il temps de faire un brin de ménage...

mardi 10 septembre 2013

Chapeau de pluie

Alors que le gris menace de redevenir la couleur dominante dans le ciel de Paris, je me suis offert un petit chapeau de pluie croquignolet.
 
 
 
Il vient d'une jolie boutique de Saint Germain-en-Laye, Papa Pique et Maman Coud. C'est une marque d'accessoires du Morbihan, qui travaille notamment le tissu enduit, idéal pour résister aux intempéries bretonnes et parisiennes.
 
Papa Pique et Maman Coud
18/20 rue des Louviers
78100 Saint Germain-en-Laye
01.39.10.08.37

lundi 9 septembre 2013

Vivre une vie de chat

Les lundis matins ne sont pas difficiles pour tout le monde. N'est-ce pas Circé ?
 
 

dimanche 8 septembre 2013

Baldaquin, princesse et grenouille

Dans le parc du château de Saint Germain-en-Laye.
 

Jeune & Jolie

Mais non, pas moi, le film voyons !
 
 
Jeune & Jolie

 
 
Réalisateur: François Ozon
France, 2013.
 
Avec: Marine Vacth, Géraldine Pailhas, Frédéric Pierrot, Fantin Ravat, Stefano Cassetti, Charlotte Rampling.






Jeune & Jolie explore une piste qui s'annonce a priori très intéressante: suivre durant quatre saisons une adolescente qui se prostitue.
Isabelle est une très belle jeune fille de 17 ans, issue d'un milieu bourgeois très favorisé et très bien entourée par sa famille et ses amis, une de ces filles dont on dit un peu vite "qu'elles sont sans histoire" et  "qu'elles ont tout pour elles." Néanmoins, sans en parler à personne, Isabelle commence à se prostituer en rencontrant des hommes dans des hôtels, sans qu'on sache très bien quelles sont ses motivations, ni même si elle en a vraiment de très conscientes.

D'après ce que j'ai pu en lire, on a reproché à Jeune & Jolie d'être un film provocateur et immoral. Certains lui ont trouvé également des relents misogynes, en affirmant en filigrane que chaque femme se rêve peu ou prou en prostituée.
Je ne partage pas ces critiques. A aucun moment Ozon ne glorifie la prostitution, qu'il présente d'ailleurs sous un jour assez cru et plutôt sinistre. Pas plus d'ailleurs qu'il ne la dénonce de manière frontale et mécanique. Il ne fait non plus aucunement œuvre d'universalisme tant il attache étroitement sa caméra aux pas de son héroïne et Isabelle ne représente jamais l'ensemble des femmes. Selon moi, Ozon n'a pour seule ambition que de dérouler sa séduisante idée de départ, en filant de très près son actrice dans son costume d'improbable putain.
Et le problème, puisque problème il y a bien, n'est pas théorique, mais cinématographique. Le film n'est simplement pas bon, puisque le réalisateur ne parvient pas à donner la moindre épaisseur à son postulat de départ.

Pour commencer, la narration, qui tourne sans cesse autour de la question centrale du pourquoi, n'est pas très fluide. Le réalisateur semble refuser cette interrogation, mais puisque invariablement elle obsède le spectateur, il s'en rapproche, mais finit par la laisser en suspens, donnant finalement l'idée qu'il est incapable d'y répondre. Et de cette non réponse ne surgit que le vide, qu'Ozon remplit à coup d'artifices. Il met en scène ce qu'il présente comme le véritable amour, qu'il nous laisse un instant entrevoir comme une fin un peu mièvre mais possible, un petit matin sur le Pont des Arts, mais ce n'était qu'une fausse piste. De la même façon, la première passe d'Isabelle est longtemps passée sous silence et n'apparaît qu'une fois qu'on a cessé de l'attendre, mais reste désespérément vide de sens, alors qu'elle aurait pu s'avérer réellement centrale. Ces tours de passe-passe, qui fonctionnaient dans Ricky et surtout dans Swimming Pool, agacent ici plus qu'ils n'intriguent: ils ne parviennent pas à masquer l'indigence du propos.

Ensuite, le personnage d'Isabelle sonne faux. Ses parkas informes des années Nirvana et sa tenue de prostituée composée d'un tailleur de secrétaire mal coupé, d'escarpins datés et de rouge  lèvres trop rouge laissent sceptiques; j'imagine les lycéennes d'Henri IV de 2013 un peu plus dégourdies... 
 
 
 
 
Et surtout, Marine Vacth n'est clairement pas à la hauteur. Son interprétation sans nuance, sans profondeur, ne convainc pas et sa beauté n'est pas suffisamment envoûtante pour faire oublier  la monotonie d'un personnage déjà très banal. Ozon a commis une grosse erreur en construisant son film autour de cette jeune comédienne, qui manifestement le fascine, mais qui pour le spectateur n'a pas les épaules.


Kelly Reichardt triomphe à Deauville !

Le Grand Prix du Festival du Cinéma Américain de Deauville a été attribué à Kelly Reichardt pour son film Night Moves. J'en suis ravie.


Dakota Fanning, Kelly Reichardt et Jesse Eisenberg.

Le Lion d'Or attribué à un documentaire italien

Contre toute attente, la Mostra de Venise s'est achevée sur le sacre du documentaire de l'Italien Gianfranco Rosi, Sacro GRA.
Au volant d'un mini-van, le réalisateur est parti à la rencontre de toute une galerie de personnages, marginaux et originaux pour la plupart, peuplant les abords du Grande Raccordo Anulare, le périphérique romain.
 
 
 

samedi 7 septembre 2013

Léa Seydoux & Lui

Léa Seydoux compte parmi mes actrices préférées.
Elle se trompe rarement sur le choix de ses films et est sans doute la meilleure comédienne française à l'heure actuelle.
Alors, quand au mépris des critiques de la réaction morale qui se cache souvent sous un vernis féministe, elle s'affiche nue à la une de Lui, réédition du magazine mythique des années 1960, 1970 et 1980, je dis bravo !
 
 

jeudi 5 septembre 2013

Copacabana

Venant tout juste de régler mon maudit réveil sur 6h30 très précises, j'avais besoin d'un petit rayon de soleil, d'un petit shoot de bonne humeur. C'est chose faite !
Imaginez-moi en pyjama, à côté de mon mug de tisane "Nuit tranquille", en train de reproduire la chorégraphie des choristes de Barry...


mercredi 4 septembre 2013

Scarlett Johansson à la Mostra de Venise

L'actrice est rayonnante, comme à son habitude, sur le tapis rouge comme en tenue de ville.
Beauté et talent réunis et incarnés.
 
 




 
 

mardi 3 septembre 2013

Xavier Dolan à la Mostra de Venise

Le film de Xavier Dolan, Tom à la ferme, a été très bien accueilli à la Mostra de Venise.
J'espère qu'il ira très loin, c'est indéniablement mon favori.
 
 
 

dimanche 1 septembre 2013

Chiara Mastroianni incarne le nouveau parfum Fendi

Avec la funeste rentrée de septembre, nous assistons tout de même au bien joli bal de toutes les nouvelles égéries.

Après Chloé Sevigny faussement sage pour les cachemires Uniqlo, après Robert Pattinson séducteur pour Dior Homme, voici la troublante Chiara Mastroianni qui prête ses traits au tout nouveau parfum Fendi, L'Acquarossa. A découvrir dès demain.
 
 
 

Aucun horoscope n'effacera jamais septembre

Back to work, back to school...
 
Je déteste le mois de septembre. J'aimerais qu'il n'existe pas ou tout du moins, qu'il ait la décence d'afficher 28 petits jours.
Alors les astres peuvent bien m'annoncer monts et merveilles, je me bouche les oreilles, je ne suis pas contente et je n'y suis pour personne. Et c'est parti pour 30 jours de très mauvaise humeur !
 


L'envie de nouvelles aventures qui avait caractérisé le mois d'août va continuer en septembre, quoique davantage liée au cadre familial. Une nouvelle vie à deux ou un changement important sont des possibilités que vous pourriez devoir affronter en septembre ! Ce sera extrêmement positif car vous serez tellement occupée que vous ne ferez pas trop attention aux petites querelles au travail. Pensez enfin à vous-même et faites quelque chose capable d'alimenter votre veine créative... Ça en vaudra vraiment la peine !

Et le look ? Minimal devant, précieux derrière : misez sur ce t-shirt orné de fantaisies bijoux sur le col et de broderies sur le dos. Un t-shirt éclectique, à interpréter selon les goûts !
 



TWIN-SET Simona Barbieri vous voit...
AVENTUREUSE