jeudi 29 août 2013

L'Abbé Ménardais

L'Abbé Henri Ménardais (1883-1965) est natif de Genêts, un village de la Baie du Mont Saint Michel que j'ai déjà évoqué ici.  Il y est également inhumé.
 
 
 
Aumônier des petits rats de l'Opéra de Paris et curé d'un village de Seine-et-Marne nommé Chalmaison, l'Abbé Ménardais entre en résistance active dès juin 1940.
Il accueille dans son presbytère des résistants, des parachutistes, des pilotes alliés dont les avions ont été abattus, des réfractaires, des Juifs et des communistes.
Il participe à l'organisation d'une colonie de vacances à Chalmaison, dans laquelle sont cachés des enfants juifs sous de fausses identités.
Il délivre de faux papiers et de faux certificats de baptême, qu'il fait même parvenir à des Juifs internés à Drancy.
 
"[Son église] devint petit à petit un grand poste de commandement régional"
témoigne en 1946 la résistante Madeleine Lévy, qui combattit à ses côtés.
 

Dès après la Libération, Henri Ménardais reçoit de nombreuses et prestigieuses décorations.
En 1997, il devient à titre posthume Juste parmi les Nations.

Plaque commémorative apposée dans l'église de Genêts.















 
 
Plaque commémorative apposée sur la façade
de l'immeuble du N° 390 de la rue Saint-Honoré à Paris.
 
 

1 commentaire:

  1. Ses 2 neveux ,fils de son frère Eugène ont aussi été des résitants à l'âge de 17 ans et 18 ans.La montagne noire.Raymond et Pierre ,ils ont aujourd'hui 91 et 90 ans.

    RépondreSupprimer