dimanche 21 juillet 2013

Les galeries d'anatomie comparée et de paléontologie du Jardin des Plantes

C'est toujours passionnant d'aller flâner au Muséum d'Histoire Naturelle. Les pièces ont bien sûr un intérêt scientifique de tout premier ordre, mais même quand on jette sur tout cela un regard très amateur, comme c'est mon cas, il émane de ces collections savamment mises en scène dans l'esprit même de la fin du XIXème siècle, une poésie doucement désuète, propice aux voyages immobiles et à la rêverie.
Les galeries d'anatomie comparée et de paléontologie ont été inaugurées en 1898. Le bâtiment a été construit selon les plans de l'architecte Ferdinand Dutert dans le goût de l'époque: constructions à poutrelles et consoles métalliques associées à la pierre. La décoration, réalisée notamment par L. Bonnier et E. Robert, est d'inspiration naturaliste, annonçant les prémisses de l'Art Nouveau.
 
 
Le rez-de-chaussée accueille la galerie d'anatomie comparée, avec environ 1000 squelettes qui proviennent des grandes missions des voyageurs naturalistes des XVIIIème et XIXème siècles, de la Ménagerie du jardin des Plantes et de l'ancienne galerie de Cuvier.





Baleinoptère Rorqual
Balænoptera Musculus (Fleming)
Tête du sujet échoué à l'embouchure de l'Adour en 1823.
"Cette galerie se visite comme une bibliothèque d'objets renfermant presque tous les vertébrés contemporains.
L'anatomie comparée consiste à rechercher les différences et les ressemblances permettant de distinguer et classer les espèces ou les groupes plus vastes (Ordre, Famille...)"









Hippopotame
Hippopotamus
Hippopotamus amphibius
Rapporté de Port Natal par A. Delegorgue lors de son voyage en Afrique australe (1838-1844.)


Buffle du Cap
African Buffalo
Syncerus caffer
D'Afrique australe. Le plus grand des buffles africains.


Chat jeune
Félis catus (Linné)
Système nerveux, grand sympathique.


Crocodile marin
Crocodilus porosus
Squelette complet.


Baleine franche australe
Southern right whale
Eubalaena australis (Desmoulins, 1822.)

"Échouée en 1818 sur une plage d'Afrique du Sud, cette baleine a été découverte par le voyageur-naturaliste Pierre Antoine Delalande. Les ossements furent reconstitués sous la direction de l'anatomiste Georges Cuvier en 1822. Louis Antoine Desmoulins, élève de Cuvier, utilisa ce spécimen pour la première description, faisant de cette pièce le type de l'espèce.
Cette baleine vit principalement en Antarctique mais elle se rencontre aussi au sud des océans Pacifique et Indien, et en Atlantique Nord. Pesant jusqu'à 50 tonnes, elle se nourrit de plancton et de petits poissons. Solitaire, elle migre en hiver lors de la période d'accouplement et retrouve ses congénères au sud de l'Argentine. Durant la reproduction, la compétition entre mâles est très importante et une femelle peut parfois s'accoupler simultanément avec plusieurs individus. Les mâles ont la particularité d'avoir les plus gros testicules du règne animal: ils pèsent en moyenne une tonne."



La galerie de paléontologie se trouve au premier étage pour les vertébrés et au second étage pour les invertébrés.

"La paléontologie est la science qui traite de l'histoire et de l'évolution de la vie sur Terre depuis plus de 3 milliards d'année. Elle est fondée sur l'étude des fossiles.

Dans cette galerie historique, les fossiles retracent plus de 600 millions d'années de l'histoire de la vie.

Au 1er étage, les vertébrés exposés illustrent toujours le grand troupeau de l'évolution selon la mise en place réalisée par le paléontologue Albert Gaudry en 1898."





Sarcosuchus imperator
Reptile (Archosaure) - Crocodilien
Crétacé inférieur - Aptien-Albien - 110 millions d'années environ
Niger - Désert du Ténéré - Gadoufaoua.

"Sarcosuchus imperator est, comme son nom l'indique, l'empereur des crocodiles "mangeurs de chair."
Ce reptile (on dit aujourd'hui archosaure) est l'un des plus grands crocodiles du monde. Il pouvait mesurer jusqu'à 10 mètres pour un poids de quatre tonnes.
Prédateur redoutable, il devait être doté d'une bonne ouïe et d'une vue excellente. Ses mâchoires garnies d'une centaine de dents constituaient un véritable piège à poissons. Il se nourrissait également de tortues, de lézards et de grands dinosaures herbivores venant s'abreuver dans les eaux des fleuves qu'il fréquentait. Ce qui ne l'empêchait pas de pratiquer des activités plus pacifiques comme le bain de soleil, destiné à réguler sa température interne.
Son museau en forme de spatule se terminait par une narine bulbeuse témoignant d'un odorat exceptionnel. Son corps est protégé par deux plastrons dorsal et ventral composés de plaques osseuses appelées ostéodermes, et formant un véritable bouclier."


Lepidotus Lævis
Calcaire lithographique de Cerin (Ain.)


Arsinotherium zitteli
Mammifère - Embrithopode
Oligocène inférieur - 35 millions d'années environ
Égypte - Fayoum
Moulage donné par le British Museum en 1908.

"Cette tête étrange appartient à un mammifère de grande taille (1,75 mètre au garrot) à l'allure de rhinocéros, mais sans équivalent dans la nature actuelle. Le trait le plus frappant est la présence de deux énormes cornes nasales unies à leur base, projetées vers l'avant, et de deux petites cornes frontales. Malgré leurs dimensions, ces cornes n'augmentaient pas considérablement le poids du crâne car elles étaient creuses. La trace de vaisseaux sanguins sur leur surface permet de penser qu'elles étaient recouvertes de peau comme les petites cornes des girafes. La dentition d'Arsinotherium est également étonnante; l'arcade dentaire est complète: les 44 dents très hautes étaient sans doute destinées à broyer des végétaux coriaces."


Œuf de Aepyornis Maximus
I. Geoffroy-Saint-Hilaire, 1851
Ratite (Oiseau coureur) géant du Quaternaire de Madagascar
Capacité: 7 litres
(Aepyornithiforme; aepyornithidé.)
 

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire