vendredi 22 mars 2013

Pierre et Jean au théâtre

Pierre et Jean
Pièce de Jean Marzouk, d'après Guy de Maupassant
Mise en scène et décors: Jean Marzouk
Avec: Adrien Gibier, Christine Melcer, Julien Romano, Bernard Sender...
Au théâtre du Nord-Ouest, Paris 9ème.

Le théâtre du Nord-Ouest alterne des saisons construites autour d'un unique auteur, dont de très nombreuses œuvres (si non toutes) sont donc représentées, et des saisons tournant autour d'une thématique. J'y avais découvert l'an passé plusieurs pièces de Labiche, très drôles. Pour ce premier semestre 2013, le thème retenu est "Paroles d'aujourd'hui ", regroupant 44 auteurs, sans que la cohérence saute immédiatement aux yeux, il faut bien l'avouer.
Pierre et Jean, de Jean Marzouk d'après Maupassant, entre donc bizarrement dans cette thématique. Mais comme "Paroles d'aujourd'hui", ça ne veut pas dire grand chose, pourquoi pas...


J'aime bien le théâtre du Nord-Ouest, situé près des Grands Boulevards, dans un quartier très animé, qui respire le spectacle et les dîners d'après-spectacle. Au fond d'une jolie cour, l'entrée pavée de verre est éclairée par une coupole, c'est ravissant au premier coup d’œil. Mais à y regarder de plus près, tout y est de bric et de broc: des chaises et de vieux fauteuils dépareillés, des tables bancales, un comptoir de bar un peu douteux...







Le théâtre qui y est joué est à l'image du lieu: charmant mais vieillot. Du théâtre de papa. 
Dans une petite salle très intimiste mais un peu mal fichue avec ses piliers mal placés, la pièce se joue parfois sans tenir compte des spectateurs auxquels on tourne souvent le dos. Costumes et décors paraissent chinés chez Emmaüs. Dans la carafe ébréchée, le jus de pomme joue au vin blanc. On est dans ce théâtre qui tente à toute force d'imiter la vie et qui bien sûr n'y parvient pas. Dans cet à-peu-près de l'existence, les comédiens, étriqués dans leurs costumes, ont l'air toujours un peu maladroit, même si souvent ils ne sont pas mauvais.

Et pourtant, malgré tous ces défauts, bien qu'on soit très loin du théâtre des Amandiers, ça fonctionne.
Ça fonctionne parce que ça raconte une histoire en s'appuyant sur de bons auteurs. Et je ne dis jamais non à une bonne histoire.
Moi qui aime beaucoup Maupassant et qui dois connaître maintenant presque toutes ses nouvelles, je dois avouer que je n'avais pas lu Pierre et Jean. On retrouve dans la pièce tout le ton admirable de l'auteur et son excellence à décrire les comportements petits-bourgeois de la fin du XIXème siècle. On est donc finalement emporté par cette histoire de famille, même s'il m'a semblé qu'une part de la noirceur propre à Maupassant en a peut-être été gommée.
Bernard Sender, qui joue Roland, papa bonhomme et lourdaud, est très juste de drôlerie et de malice. Comme c'est un bon ami d'une de mes bonnes amies, je l'ai vu à plusieurs reprises au théâtre du Nord-Ouest où il se produit régulièrement et j'ai souvent apprécié son jeu.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire