mercredi 16 janvier 2013

L'impérieuse nécessité de défendre la gynécologie médicale

L'actualité s'est fait écho ces derniers temps des débats sanitaires autour des pilules de troisième génération, remettant ainsi sur le devant de la scène la question de la gynécologie médicale dans notre pays.
Cette spécialité de santé publique joue un rôle primordial pour les femmes, en permettant le suivi et la prévention. Par exemple, nous avons une des meilleures survies à 5 ans d'Europe en ce qui concerne le cancer du sein et le taux le plus faible d'hystérectomies.
Les gynécologues ont aussi bien évidemment joué un rôle essentiel dans le développement de la contraception et de l'IVG, qui ont transformé la vie des femmes (et aussi des hommes bien sûr) de la façon que l'on sait.
Aujourd'hui, il est de plus en plus difficile pour nombres de femmes d'obtenir un rendez-vous en gynécologie. Dans le centre municipal de santé que je fréquente, la gynécologue va bientôt prendre sa retraite et ne sera pas remplacée.
 
Je vous invite à lire un article extrait du site du POI (Parti Ouvrier Indépendant) et qui met en lumière l'action du CDGM (Comité de Défense de la Gynécologie Médicale.)
 
 
... Et beaucoup d'autres données très intéressantes dans le livret paru suite aux Assises de défense de la gynécologie médicale, qui ont eu lieu à Paris, à l'hôpital de La pitié-Salpêtrière, le 28 mars 2010.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire